LA SERVANTE MAITRESSE  (2016)
HAENDEL REVUE

En 1789 on bat le briquet et la mèche s'enflamme : avec la Prise de La Bastille, la Révolution française entre dans l'histoire. Tout au long du 18ème siècle, le Siècle des Lumières, les signes précurseurs s'étaient accumulés, dans le discours politique, dans la rue et dans les arts. La Serva Padrona, cet intermède où une servante prend le pouvoir sur son maître, remporte un large succès partout en Europe.

 

Révolutionnaire, elle attise les polémiques. En France surtout où, jouée à Paris vers 1750, elle provoque La Guerre des Bouffons : une lutte politique et artistique féroce entre les styles français et italien, ou pour ou contre le roi.

 

L'oeuvre est alors adaptée au goût français, prenant pour titre "La Servante Maîtresse". Comment un simple intermède lyrique vint-il au cœur du débat politique et anima-t-il les passions à ce point ?

Les conflits de société se reflètent dans la belle musique de cette période, autour de laquelle BarokOpera Amsterdam donne forme à son nouveau style.

press to zoom
press to zoom
press to zoom

la presse

'' Contributions vocales brillantes ... avec des sons raffinés et un grand sens du texte ... encore une performance intelligente et divertissante. ''
Opera Magazine

 

'' ... une sorte de cours d’histoire divertissant ... avec de belles musiques des XVIIe et XVIIIe siècles. ''
Theaterkrant

 

'' une production originale, légère et magnifiquement chantée''
Eempodium

les artistes

Équipe artistique

Frédérique Chauvet, direction artistique et musicale 

Sybrand van der Werf, mise en scène

Sanne Puijk, costumes

Toon van Wolferen, surtitrages

Onno Heerlien, régisseur

Lukas Petow, lumières

Gerolf Slot, administrateur

Alex Mooren, chargé de communication

Mertie Tummers, habilleuse

Juul Muller, coach anglais ancien

 

Chanteurs

Wendy Roobol, soprane

Andrea Tjäder, soprane

Jan Kullmann, contre-ténor

Matthijs Hoogendijk, ténor

Pieter Hendriks, basse-baryton

Ensemble instrumental

Mariette Holtrop, Jan-Pieter van Coolwijk, violons Niek Idema, alto baroque

Cassandra Luckhardt, basse de violon & violoncelle 

Hendrik-Jan Wolfert, contrebasse

Frédérique Chauvet, traverso

Alayne Leslie, hautbois baroque

Will Wroth, trompette & cor

Marijn Slappendel, clavecin)

Elly van Munster (théorbe & guitare